ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator
trendelafresa@ffe.es +34 915 068 053
Un chemin de fer

Un chemin de fer


La ligne Madrid-Aranjuez a été conçue dans le cadre d'un projet plus vaste : celui de relier la capitale à la Méditerranée. Mais mettre en œuvre un projet de ce type en une seule fois était totalement impensable et il a été décidé de construire ce premier tronçon dont la destination est rapidement devenue évidente: Aranjuez, un lieu où la cour royale passait le printemps.

L'inauguration de la nouvelle ligne, promue par le Marquis de Salamanque, a eu lieu le 9 février 1851, et s’est transformée en fête populaire en présence de la reine Isabel II. La ligne était longue de 49 kilomètres et son tracé a été préservé dans sa quasi-totalité. À la demande du Marquis de Salamanque, la voie a été prolongée depuis la gare initiale d'Aranjuez jusqu'à la Puerta de Damas del Palacio, et la légende veut que les derniers rails aient été fabriqués en argent.

La mise en service de cette deuxième ligne péninsulaire a été très appréciée par la population, principalement en raison de l'envoi à Madrid des produits des cultures maraîchères situées le long du fleuve, notamment les fraises, le produit par excellence du site royal qui donne son nom au train.

Le parcours traverse les villes de Getafe, Pinto, Valdemoro et Ciempozuelos, sur un itinéraire en pente douce qui passe de la vallée du Manzanares aux vallées du Jarama et du Tage, sans structures particulières autres que les ponts qui enjambent ces trois cours d'eau.


Gares de départ et d'arrivée: Delicias et Aranjuez


Madrid Delicias: du Terminal International au Musée

Madrid Delicias

La gare de Delicias a été inaugurée le 30 mars 1880. Initialement reliée à la ligne ferroviaire vers Ciudad Real, pour diverses raisons, c’est la ligne ferroviaire de Madrid vers Cáceres et le Portugal qui a eu le privilège de mettre en service cette gare moderne, la plus monumentale de ce Madrid du XIXe siècle et, paradoxalement, la plus ancienne gare de la capitale qui a conservé sa conception originale jusqu’à nos jours. Cette gare, dont la construction a suivi le projet de l'ingénieur français Émile Cachelièvre, comporte quatre voies sous une vaste verrière métallique à deux pans de 170 mètres de long, 35 mètres de large et 22,5 mètres de haut. L'ensemble de la structure métallique a été construit en Belgique. Les bâtiments de service étaient disposés de part et d'autre, l'un étant dédié à l'entrée des passagers et l'autre à la sortie. La gare abritait les bureaux de la société et à la sortie se trouvaient les ateliers et les anciens garages de la société, tous disparus aujourd'hui. Biens que les bâtiments de la gare de marchandises, du côté nord, soient encore conservés, ils sont à présent utilisés à d'autres fins non ferroviaires. Elle se distingue par sa construction en briques, simple mais élégante, aux couleurs alternées de style néo-mudéjar, très en vogue à l'époque.

Connectée à la ligne ferroviaire allant d’Atocha à Príncipe-Pío, elle était la tête des services qui reliaient l'Estrémadure et le Portugal à la capitale espagnole. En 1941, après la guerre civile, elle a été intégrée à Renfe, et en 1969, suite aux réformes successives de la carte ferroviaire de Madrid et a cessé d'assurer un service commercial. Elle a été sauvée pour abriter le Musée du Chemin de Fer de Madrid à partir de 1985.

Aranjuez station

Gare d'Aranjuez

La toute première gare se trouvait à côté du Palais Royal, à Raso de la Estrella. Dans cette gare terminus très modeste, construite en forme de « U », les trains ayant des destinations plus éloignées devaient inverser le sens de la marche. Ainsi, une nouvelle gare a été envisagée à partir des années 1880. En fait, une voie de passage avec une gare propre a même été construite, fermant le triangle des voies pour les trains qui poursuivaient leur route.

En 1915, le projet de construction d'une nouvelle gare pour Aranjuez refait surface, mais les travaux ne démarrent qu'en 1923. Cette année-là, un nouveau bâtiment luxueux est érigé. Cette nouvelle gare, bâtie dans un autre emplacement, est un magnifique bâtiment de style néo-mudéjar, fait de briques et à double hauteur. Il se distingue par son imposant hall de gare caractérisé par un beau plafond à caissons lumineux où ont été suspendus cinq magnifiques lustres en forme d'anneau en fer forgé. Son architecte, Narciso Clavería, a également conçu la magnifique gare de Tolède.

En 1989-90, les travaux de rénovation ont mis à jour au niveau des quais une série de carreaux en céramique provenant de l'atelier de Marigliano (Madrid ). Les initiales MZA entrelacées s’affichent sur ce passage, ainsi que sur les bases des piliers de la verrière et sur la décoration céramique du hall de gare.