ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator
trendelafresa@ffe.es +34 915 068 053
Aranjuez: Jardins et espaces naturels

Jardins historiques


L'une des contributions les plus importantes des Habsbourg a été le développement d'infrastructures hydrauliques liées au Tage. Celles-ci, ainsi que l'agrandissement des zones irrigables des jardins maraîchers d'Aranjuez, ont permis la création de vastes jardins conçus par d'illustres paysagistes qui, du règne de Philippe II à nos jours, ont contribué au développement et à la mise en valeur de la ville.

Mais sans aucun doute, trois grands espaces se distinguent : le jardin de l'Ile, le Parterre et le jardin du Prince. Très différents dans leur style, ils sont toutefois liés par la multitude d'espèces végétales apportées des cinq continents et par l'importante collection de fontaines dont les sculptures rappellent souvent des histoires mythologiques.

Le Jardin du Prince, promu par Charles Quint s’étend sur 145 hectares. Il s'agit du plus grand jardin fermé d'Europe, encadré par le Tage et 3 km de grille métallique monumentale ponctuée de deux grands portails.

Il contient des espaces uniques, comme l'Embarcadero Real (Quai royal) et le manoir Casa del Labrador. L'Embarcadero possède un quai sur le fleuve qui recrée un port fortifié, et derrière lui se trouvent quatre petits pavillons pour les festivités royales liées aux parcours fluviaux. Pour sa part, la Casa de Labrador est un curieux palais de loisirs, sans chambres, uniquement constituée de salons destinés à accueillir des événements. Il s'agit d'une proposition de Charles Ier que Charles IV a portée à son maximum de splendeur.

Le Jardin du Prince est aménagé en longues avenues disposées entre des ronds-points, avec des fontaines monumentales et des lacs récréatifs, comme les Chinescos. Ces espaces d'aménagement monumental sont entourés de grandes parcelles où poussent des arbres fruitiers de toutes sortes, et même d'une zone de « estufas », un type de serres où poussent les plantes qui seront ensuite plantées dans les jardins. Il possède le « père platane », un arbre singulier monumental de 255 ans, de 42 m de haut et de 7 m de périmètre.

Jardín de la Isla
Jardín de la Isla
Sur la façade est du palais se trouve le jardin du Parterre, un exemple classique de jardin à la française créé par Philippe V. Il s'agit d'un parc avec des arrangements floraux bien entretenus et deux impressionnantes fontaines monumentales : la fontaine d'Hercule et d'Antée, qui préside à l'entrée près du Puente e Barcas, et la fontaine de Cérès, au centre de l'espace. Aligné sur la façade du palais, il crée une scénographie urbaine articulant l'enceinte royale vers la route baroque, dans la zone des rues Trident, Prince, Reine et Infantes.

À côté, sur une île artificielle créée sur le Tage, se trouve le Jardin des Îles. C'est un jardin Renaissance composé de nombreux monuments et caractérisé par le bruit constant de la cascade de Castañuela. C'est une série de petites fontaines cachées dans un maillage de passerelles étroites enserrées entre le Tage et son canal qui alimente cette cascade monumentale et sonore. Deux ponts relient le jardin au Parterre et au reste de la ville, et la collection de petites fontaines monumentales, chargées de références mythologiques, mérite une visite tranquille.

À proximité, on retrouve, en revanche, de petits espaces paysagers qui ont beaucoup de charme, comme les jardins du Roi et de la Reine, rattachés au bâtiment du Palais royal lui-même. Outre ces petits jardins palatiaux, il convient également de mentionner le jardin urbain d'Isabel II, le premier jardin qui n’était destiné ni aux rois ni aux nobles, mais aux résidents locaux.

En dehors de l'espace urbain, les Sotos del Rey Felipe II créent l'un des espaces agricoles ordonnés les plus précieux du pays. Autour de la Glorieta de las 12 calles (rond-point des 12 rues) se dessinent de grandes avenues flanquées d'arbres imposants. Il s'agit d'un paysage ordonné de vastes dimensions, qui couvre une bonne partie de la rive nord du Tage, jusqu'à sa confluence avec le Jarama. Parmi ses singularités, elle abritait un hippodrome accueillant des courses d'un certain niveau, celui de Legamarejo, qui a connu sa plus grande splendeur entre 1916 et 1934, puis a été fermé et remembré. On y trouve également l'Azuda de La Montaña, une spectaculaire roue à eau du XVIIIe siècle, récemment restaurée.


Le Tage


The history of Aranjuez is the chronicle of the effort to understand and dominate the Tagus.

L'histoire d'Aranjuez est la chronique de l'effort pour comprendre et dominer le Tage.

L'eau est le principal architecte du paysage d'Aranjuez. Le Tage et son affluent, le Jarama, l'apportent, et c'est dans cet interfluve plat que ses cours volubiles, avec leurs méandres changeants, ont hydraté et fertilisé les terres, remplissant la vallée de bois et de zones humides riverains qui sont plus tard devenus les jardins et les vergers que nous connaissons aujourd'hui. Un réseau dense de canaux s'ouvre sur la rive droite du Tage à partir du réservoir de l'Embocador, un barrage du XVIe siècle récemment restauré et ancienne clé du développement agricole de cette vallée. De ses eaux provient le canal Azuda, qui longe la Montaña et avale tous les jardins maraîchers. Profitant de l'Azuda, la roue hydraulique historique a irrigué des vergers situés à une altitude plus élevée.

Les digues et les canaux ont permis de contrôler les inondations et de rendre navigable le tronçon le plus proche de la ville. Un quai royal est construit pour l'escadron fluvial des Bourbons composé de felouques qui sillonnent le fleuve pendant que les courtisans écoutent de la musique. À côté du quai, le Musée des Felouques conserve ces navires baroques et autres curiosités.

Et jusque dans les années 60 du siècle dernier, ce même tronçon était le point d'arrivée de milliers de troncs d’arbres coupés dans la lointaine Serranía de Cuenca, qui descendaient le fleuve jusqu'à Aranjuez dans de spectaculaires bateaux boisés guidés par les « gancheros ».

De nos jours, le Tage est toujours le centre de nombreuses activités de loisirs et sportives. Son club de canoë-kayak connaît un succès international et, une fois par an, nous sommes surpris par l’apparition d’une multitude d'embarcations artisanales amusantes qui se consacrent à l’unique « descente pirate du Tage».


El Tajo